Sibylla Boulle 4 ARTS

Sibylla Boulle 4 ARTS


 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  PartenairesPartenaires  Etudes diversesEtudes diverses  

Partagez | 
 

 [Vent] Souffles

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [Vent] Souffles   Dim 7 Sep - 12:46

SOUFFLES


Souffle le vent
d’est qui tremble


Et porte dans ses cris,

Des souvenirs terribles

Du temps où les hommes


Avaient choisi le génocide
Pour asservir la
vie.

Si les dictateurs ne sont plus les mêmes
L’horreur est identique
A ce qu’elle était.

Et ce vent de colère,

Qui pleure sur la plaine
Nous courbe encore le dos

Sous le poids de tous ces corps meurtris,


Qui restent en nos mémoires,


Et sert de gardes fous
A nos pensées maudites.
Ils saluaient Hitler
Leur habit était gris
Et leurs yeux de brouillard

Comme ceux de tant d’autres
S’éteignirent sous la pluie.

Quand la guerre fit rage
Et que furent sacrifiées
Des millions d’existences

Au nom d’une folie


Le vent de l’est raisonne encore

Dans ses emportements


Comme en fond sonore
Du chant des partisans.

Souffle le vent du Sud


Qu’on appelle scirroco
Il chante avec Fanny
Marius et les cigales


Apporte dans ses joues
Les odeurs de lavande,
de thym De romarin
et de figues

Qui dansent
Tout en lui
respire le bonheur

Pourtant, il brûle les yeux


De la tendre Antonia
Et lui plante cruel
Une épine dans le cœur

Quand il porte les chants
Des montagnes de Corse
Où les guitares se mêlent
Aux cloches des brebis.


Tout dans son haleine respire
Le soleil, la paix et la beauté

Alors pourquoi a-t-il fallu
Que son amour meurt

Au nom dis-moi de quelle vérité


Un homme, un frère
Lui aussi Français
A-t-il pu sous
couvert de révolte
Lancer une Bombe


En criant « liberté ! »
« Un sognu pe campe »


Mais sacrifier des vies
N’est ce pas cher payer ?

Souffle le vent d’ouest
En sifflant dans les rides
Des baillives profondes
Qui peuvent emporter
Nos corps de marionnettes


Qui se baignent
Dans les eaux
torturées…

Hurle le vent d’ouest


Entre les grands rochers


Qui se dressent
Tels des spectres
de granit
Dans l’océan glacé…


Elle se nomme Inès
Et danse le flamenco

Elle sur le sol
de France
Lui celui de
Bilbao


Il se nommait
Jose
Mais il a disparu
Dans les pas
de l’ ETA


Et n’est pas
revenu…

Depuis le pays Basque


Jusqu’aux ports
de Bretagne


Le vent est souvent


Un triste messager


Qui parle d’attentats


De naufrages et
de larmes
Qui brisent les cœurs
Des femmes de là bas

Souffle le vent
du Nord


Sur les plaines
immenses,
Les champs de blé sans fin
Les plages qui s’étalent
Et les dunes seul abris
Contre ses rages folles.


Il est fort, il est âpre


Et quand il se déchaine
Il nous coupe le souffle
Nous force à nous plier

Il nous donne en
prime
Les ondées souveraines
Qui se coulent
chez nous.


Il apporte avec lui
Les plaintes de l’Irlande
Et de l’Angleterre
Qui se sont massacrées

Il couvre les sanglots
Des femmes de mineurs
Qu’un coup de grisou
A soudain balayés

Il porte les souffrances
Des révoltes ouvrières
Des grèves de nos pères
Qui furent emprisonnés


Mais dont les cris de colère
Traversaient les frontières


Car il portait en lui
« Le chant des Ouvriers »

Est ce pour nous dire
De ne jamais nous taire


Qu’il gronde si souvent
Contre nos hauts clochers ?

Souffles des
vents de l’est, du sud
De l’ouest ou du nord


Vous êtes les drames de la vie
Qui crient à nos oreilles
Dans ce qu’elle a de dur,
De terrible et d’extrême


Vous savez les douleurs
Des humains qui se fondent
Dans les brumes de peine


Avant les éclaircies
Vous savez de vos voix

couvrir les cris de haine,
Les pleurs des femmes
Et celles des enfants
Le bruit des fusillades
Les plaintes des mourants

Si vous soufflez si fort
Quand le monde tourne boule
Est-ce pour nous protéger
De la colère de Dieu?
Père de l’humanité
Qui ne comprend plus rien.


Quand frères entre les frères
Nous nous haïssons tant
Que nous tuons la terre
A coups de violences
Et de pollutions ?


C’est ce que je croyais
Lorsque j’étais enfant

Mais lorsque vous repartez
Terminer vos voyages
Et que vous nous laissez
Aquilons et zéphyrs
Dans la fraîcheur du soir


La douceur des matins
La joie reprend ses droits
Les rêves se propagent
Car vous emportez la fureur
Avec vous…


Et l’on peut voir alors
Lorsqu’elle fut
destructrice

Comme d’un même élan


Les Hommes s’entraider
Par la magie du cœur
Ils s’aiment et se comprennent


Et créent des ponts d’amour
Dans tous les continents.


Alors peu à peu
Le monde se réveille
Et repart courageux
Vers d’autres expériences
Dont la raison profonde


Se nomme ESPERANCE.


©Christian
POULLEIN – 3 septembre 2008

Revenir en haut Aller en bas
 
[Vent] Souffles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ? Le chant de l'eau, le murmure du vent. ?
» '' Arya, Brise de vie, vent de folie ''
» Vive le vent
» Et soudain surgit face au vent le vrai héros de tous les temps. (Tristan)
» MSN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sibylla Boulle 4 ARTS :: Poésie, Ecrits :: Poésie-
Sauter vers: