Sibylla Boulle 4 ARTS

Sibylla Boulle 4 ARTS


 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  PartenairesPartenaires  Etudes diversesEtudes diverses  

Partagez | 
 

 Edgar Cayce

Aller en bas 
AuteurMessage
Tsophar
Modérateur Culturel
Modérateur Culturel
avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 82
Localisation(pays obligatoire): : Belgique
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Edgar Cayce   Ven 22 Aoû - 12:22

Bonjour à tous,

Vous trouverez ci-dessous une courte biographie d’Edgar Cayce reprenant les grands moments de sa vie.
Edgar Cayce est né dans une famille paysanne le 18 mars 1877, près de Beverly, pas loin d'Hopkinsville dans le Kentucky.
En décembre 1893 la famille emménagea à Hopkinsville. Durant cette période, Cayce suivi des études jusqu'au secondaire inférieur ; ensuite, il quitte la ferme familiale pour d'autres types de travail, d'abord dans un magasin ensuite dans une librairie.
L'éducation de Cayce s'est arrêtée après la 2e année du secondaire, non pas parce qu'il était stupide (bien au contraire), mais plutôt parce que les collèges US coûtent cher, et que ni lui ni sa famille n'en avaient les moyens.
A partir de ce moment, la vie d'Edgar Cayce sera marquée par une course désespérée au travail et à l'argent.
Tout au long de sa vie Edgar Cayce fut un membre actif de l’église des Disciples du Christ. Il lisait la bible en entier, une fois par an et ce, tout au long de sa vie ; il enseignait le catéchisme et recrutait des missionnaires. Il s'est toujours demandé avec anxiété si ses capacités psychiques — et les enseignements qui en découlaient — étaient spirituellement justifiés.
En 1900, il se lança dans le commerce avec son père, pour vendre une assurance du nom de "Woodmen of the World" (Bûcherons du monde).
En mars de cette année-là, il attrapa une laryngite aigüe qui, le 18 avril, le rendit aphone. Dans l'incapacité de travailler, il vécut chez ses parents pendant presque un an. Il décida ensuite de se lancer dans la photographie, en espérant qu'il ait de ce fait peu de raison de parler. Il devint apprenti photographe dans un studio d’Hopkinsville.
Un hypnotiseur itinérant fit une représentation à l'opéra de Hopkinsville en 1901. Il entendit parler du problème de Cayce, et proposa de le soigner. Cayce accepta, et l'expérience eut lieu sur scène, devant le public. Sa voix lui revint lors de cette séance d'hypnose, mais s'éteignit à son réveil. L’hypnotiseur essaya une suggestion post-hypnotique afin que Cayce retrouve sa voix même après la transe, mais sans succès.
Un autre hypnotiseur local, Al Layne, se proposa pour continuer à travailler avec Cayce afin qu’il récupère la voix. Layne suggéra à Cayce de décrire la nature de son problème et sa solution pendant la séance d’hypnose. Cayce décrit alors sa maladie en utilisant le premier pronom personnel du pluriel ‘nous’, au lieu du singulier ‘je’. Lors des séances suivantes, il commençait en général par dire «Nous avons le corps». D’après les transcriptions de ces séances, la perte de sa voix était due à une paralysie psychologique, et pouvait être corrigée par l’afflux de sang aux cordes vocales. Layne suggéra alors que le flux de sang soit en effet augmenté, et le visage et la poitrine de Cayce devinrent alors fort rouges. Après 20 minutes, encore en transe, il déclara le traitement terminé. A l’éveil, sa voix resta normale. Il y eut des rechutes, mais après quelques séances supplémentaires avec Layne, avec le même traitement, le problème fut réglé définitivement.
Layne voulu explorer les limites des connaissances thérapeutiques de la «voix en transe». Il demanda à Cayce de décrire ces propres maux et de lui suggérer des traitements. Les résultats furent dit-on, à la fois précis et efficaces. Layne conseilla alors à Cayce d’offrir ces services de guérison en transe au public, mais Cayce n’était que peu disposé à le faire. Il accepta toutefois, à la condition que de telles séances soient gratuites. Avec l’aide de Layne, il commença donc à offrir des traitements gratuits aux gens de la ville. Ces séances furent un succès, et il devint de plus en plus connu. Des rapports sur le travail de Cayce apparurent dans les journaux, et de nombreuses lettres de demandes lui parvinrent. Prétendument, Cayce était capable de travailler aussi bien à partir d’une lettre de la personne, qu’en sa présence. Ceci lança la correspondance qu’entretiendra Cayce avec des personnes du monde entier.
La quantité de travail de Cayce augmenta en même temps que sa renommée. Il demanda à contrecœur des donations, afin de subvenir à ses besoins et ceux de sa famille, de manière à pouvoir faire des séances à temps plein. Il continua à travailler dans un état de transe apparente avec un hypnotiseur toute sa vie. Sa femme, puis son fils aîné, remplacèrent Layne dans ce rôle. Une secrétaire, Gladys Davis, prenait des notes. La lecture en transe eut une influence notable sur la santé de Cayce, et il attribua ses incapacités passagères à rentrer en transe, à la trop importante pression qu’il subissait. Il remboursait scrupuleusement les clients insatisfaits.
Entre 1920 à 1923, Cayce se sépara de sa famille, et cessa en effet de pourvoir à leurs besoins, tout en essayant de s’enrichir, sans y parvenir. Il tenta plusieurs fois d’attirer des investisseurs, dans des entreprises d’exploitation de pétrole, offrant ses services de médium. Lorsque, plus tard, il évoqua ces années-là, il en parla comme d’une époque pendant laquelle il s’éloigna de ses idéaux.



Arthur Lammers, un riche imprimeur, le persuada en 1923 de consacrer ces transes à des sujets philosophiques. Dans cet état présumé, Cayce parla sans équivoque de vies antérieures. La réincarnation était alors un sujet populaire. Mais la réincarnation n’étant pas - aujourd’hui encore - acceptée par la religion chrétienne, Cayce exprima son désarroi face à ce grave conflit de conscience. Lammers tenta de le rassurer, mais ils en vinrent à se disputer. Finalement, c’est la «voix en transe», le fameux «nous» des lectures, qui aurait dialogué avec Cayce, et l’aurait convaincu de poursuivre avec ce genre de séances. En 1925, cette même voix lui aurait ordonné de déménager à Virginia Beach, en Virginie.
Durant cette période de maturité, Cayce créa plusieurs institutions qui lui survivront, sous une forme ou une autre. Il fut alors un médium professionnel, avec du personnel et des volontaires pour l’aider. Les sujets des lectures furent de plus en plus métaphysiques ou ésotériques.
En 1929 fut créé l’hôpital Cayce à Virginia Beach, grâce aux dons d’un riche bénéficiaire des séances de transe, Morton Blumenthal.
Cayce passa à la postérité en 1943, grâce à un article dans le magazine ‘Coronet’. Il augmenta le nombre de séances, jusqu’à 8 par jour, du fait de l’intérêt qu’il suscitait. Ceci eu des conséquences néfastes sur sa santé, et Cayce mourut le 3 janvier 1945.
Inspirée de l’encyclopédie WIKIPEDIA

Tsophar

_________________
Il nous faut être notre propre maître et notre propre disciple (Krishnamurti)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Edgar Cayce
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sibylla Boulle 4 ARTS :: Etudes diverses :: Prophéties-
Sauter vers: